La Société Psychanalytique de Tours

La Société Psychanalytique de Tours est une association loi 1901. Elle s’inscrit dans le prolongement de l’œuvre de Freud et souhaite promouvoir l’exercice de la psychanalyse en tant que discipline indépendante de la médecine et des diverses formes de psychothérapies. Elle se dotera, à court et moyen termes, des outils de formation et de réflexion jugés indispensables à la connaissance de la psyché. Cette association a pour but de préserver l’indépendance et l’autonomie de l’exercice de la psychanalyse face aux asservissements de tous ordres qui menacent actuellement sa spécificité.

Concourir à la formation et à la réflexion de ceux qui pratiquent déjà la psychanalyse indépendamment de leur appartenance à une école ou à une institution psychanalytique déjà existante. Elle s’adresse aussi à ceux qui désireraient acquérir les connaissances et la culture indispensables à l’exercice de cet art. Ses actions peuvent concerner un public plus large qui, s’intéressant aux manifestations de l’inconscient, pousserait la curiosité jusqu’à suivre les sessions de formation proposées par la Société. La visée de La Société Psychanalytique de Tours est donc éminemment culturelle par la promotion et les exigences qu’elle définit pour la pratique de la psychanalyse. Elle tendra donc à rendre accessible la cure psychanalytique au plus grand nombre en inscrivant ses actions en résistance à l’oppression sociale et politique souvent relayée par les institutions soignantes existantes.




Association Patou – Bibliothèque Freudienne de Lille

 

Les 16 et 17 Novembre 2018,

Au 23 de la rue Malus à Lille :

 

« Des apports de Jean Cooren, psychanalyste engagé ... »

 

« Sans alibi », cette expression derridienne figurant dans « Etats d’âmes de la psychanalyse1 » indique à la fois une détermination sans faille et un état de démunition totale : Elle indique une responsabilité infinie, c’est-à-dire aussi bien sans mesure qu’inachevée. Comme on peut l’entrevoir, il s’agit - à propos de la psychanalyse - d’un cap à tenir et d’en inventer les moyens, seraient-ils constamment obsolètes puisqu’ils nécessitent eux-mêmes sans cesse leur propre déconstruction.

« Sans alibi », pourrait peut-être aussi caractériser ce que d’autres ont nommé « désir de l’analyste » ; peut-être enfin, cette absence d’alibi tenable pourrait imager la position qu’avait Jean Cooren dans nombre de champs d’intervention, dont la psychanalyse n’était pas le moindre, mais pas le seul.

Presqu’un an après son décès, l’association Patou organise et invite ceux qui l’ont croisé ou côtoyé, à des journées de réflexion et de partage à propos des apports de Jean Cooren, psychanalyste et psychanalysant, engagé dans la psychanalyse et dans la cité, comme dans leur politique.

 

Le Vendredi 16 Novembre, en soirée :

Accueil à partir de 18 h 30, Modérateur : Maurice Henniaux

- 19 h « Politique du chaos – chaos du politique2 » : Présentation et discussion d’un des derniers écrits de Jean Cooren par Marc Vincent, suivi d’un débat.

- Présentation et discussion du « Café Zeck » par Yann Bogopolsky, suivi d’un débat.

- A partir de 20h30 : Un apéro offert par l’association Patou, suivi d’une poursuite des discussions autour d’une auberge espagnole (Salé, sucré et boissons à ramener sur place par chacun). Merci de signaler (au plus tôt) votre venue à vincentmarc7@gmail.com pour de simples raisons d’intendance.

 

Samedi 17 Novembre Matin de 9h30 à 12h30 :

« Psychanalyse et politique », modérateur : Christophe Scudéri

- « Merci Jean... », René Coucke

- « What’s a Negro? », Georges Delcambre

- « Démocratie », Pierre Delion

- « Autour de la Cruauté... » (A partir du livre de Jean Cooren : « L’ordinaire de la cruauté »), Lise Demailly

- « Accompagner le tremblement des choses » : lectures de textes de Jean Cooren par Daniel Destombes et Joëlle Frouard.

- « Une écriture de l’impossible », Fadhila Djardem, Sophie Gaulard et Gaston Grare.

- « La pulsion de mort au cœur d’une pratique analytique ? », Johann Dupisre

- Texte adressé de Michel Libert lu par G. Delcambre

 

Pause repas à 12h30 : Possibilité de retenir un restaurant tout à proximité (Bd. J.B. Lebas) pour ceux qui le souhaiteraient et sous réserve d’être un nombre certain de participants (Pour les réservations, merci de s’adresser avant le 6 Novembre à Marc Vincent : vincentmarc7@gmail.com)

 

Samedi 17 Novembre, Après-Midi de 14h30 à 17h30 :

« Psychanalyse et déconstruction », modérateur : Daniel Destombes

- Texte adressé de René Major, lu par Lise Demailly

- « Vers une psychanalyse « sans alibi » avec Jean Cooren », Anne Bourgain

- « So long ... », Francis Capron

- « Et là je ne brode plus », Oudée Dunkelsbühler

- A propos du texte de Jean Cooren : « Mais où est donc l'entrée du labyrinthe ? 3», Jacqueline Hamrit

- « Apprendre à lire avec, depuis... Jean Cooren », Marc Vincent

 

Ces trois demi-journées sont ouvertes à qui le souhaite,

Une Participation Aux Frais sera laissée à l’appréciation de chacun

 

1. Galilée éd.

2. In « L’infâme » Bulletin de l’Association Patou N°155, Décembre 2017

Téléchargeable à partir du site Web de l’association : « association-patou.com »

3. L’Infâme, Bulletin de l’Association Patou, n° spécial : Journées d'études 2017 « Entrer en analyse ? »

Téléchargeable à partir du site de l’association : « association-patou.com »

 

 


 

 

PROGRAMME 2018 - 2019

SÉMINAIRE Derrida, l’ami de la psychanalyse.

 

Face à la lettre de déférence que Ferenczi adresse à Freud contre Jung1 , Jacques Derrida réclame le plus grand sérieux, malgré - ajoute-t-il - : « …l’éclat de rire terminable interminable dont elle nous secouera jusqu’à la fin, tant que nous nous dirons, à lire une telle lettre que vraiment si quelque chose n’est pas arrivé à la psychanalyse, c’est bien la psychanalyse, et que sans doute elle ne lui arrivera jamais, surtout pas dans la chaîne des générations de ses pères fondateurs […].»

 

Cette virulence de Derrida à l’adresse de la psychanalyse, est , il ne faut pas en douter, celle d’un ami, d’un ami fidèle parce qu’exigeant et vigilant, capable aussi d’éclater de rire face à une fidélité obséquieuse.

 

Si Jacques Derrida propose, dans le sillage de Bataille, d’éclater de rire, il le proposait déjà à l’adresse de la philosophie (du hegelianisme), et cela pour appeler à une forme de réveil2. Sèchement, sans niaiserie triomphante, expérience rare, discrète, légère, loin de la place publique, le rire doit œuvrer afin de porter les trahisons et les détachements nécessaires à toute pensée sérieuse, à toute amitié responsable, à tout lien systématique entre amitié et fraternité. Car « si l’on veut un ami, il faut aussi pour lui partir en guerre et pour partir en guerre, il faut en être capable, il faut être capable du ‘’meilleur ennemi’’3. »

 

Il s’agira alors d’interroger ce qu’a à soutenir coûte que coûte l’ami. Une question insiste notamment : au fondement des institutions analytiques n’est-il pas temps de venir discuter le mythe des illusions fraternelles là où l’archonte enfermerait, afin de ne plus le partager, l’insu du « savoir analytique » porté par « le discours du maître » ?

N’est-ce pas dans cette question très spécifique que pourrait se penser un au-delà de la cruauté, un au-delà ne se revendiquant plus de la fraternité, mais qui consisterait à s’engager dans d’autres voies pour envisager le politique autrement, sans alibi ?

 

1 - Sigmud Freud/ Sandor Ferenczi, correspondance, Tome 1, Calmann-Lévy, 1992, lettre du 26 décembre 1912,. p470/473.

2 - Jacques Derrida , L’écriture et la différence, L’économie générale, Edition du Seuil, 1967, p 370.

3 - Jacques Derrida, Politiques de l’amitié, Paris Galilée, p 313.

 

Francis CAPRON.

 

Ce séminaire est ouvert au public.

Inscription : Francis Capron, 02 47 66 90 73.

Participation de 5 euros à chaque séance du séminaire.

 

Ce séminaire sera donné à ESPACE ANALYTIQUE à Paris et à la Société Psychanalytique de Tours, à Tours.

 

Calendrier Paris :

Lundi 7 Janvier 2019

Lundi 25 Mars 2019

Lundi 17 Juin 2019

Lieu : ESPACE ANALYTIQUE, 12 rue de Bourgogne, 75007 Paris, de 20h30 à 23h.

 

Calendrier Tours :

Vendredi 11 Janvier 2019

Vendredi 22 Mars 2019

Vendredi 14 Juin 2019

Lieu : 2 rue Paul-Louis Courier (à l'angle de la rue des Tanneurs) à Tours, de 20h30 à 23h.